HEIMAT // HEIMAT

Heimat c’est le foyer, Heimat, c’est la mère patrie, Heimat, c’est le petit coin que ce sont aménagés Armelle et Olivier Demeaux, aux côtés de leurs projets respectifs, entre les prolifiques Cheveu et Badaboum, entre Accident du Travail et les mythiques The Dreams. Cette musique est méticuleusement bricolée, comme un copié-collé de références et d’anecdotes hachées menues pour mieux s’imbriquer. C’est le potager au cordeau dédié à l’imaginaire fertile de ces deux boulimiques des musiques.
Aux machines massives mais affutées viennent se greffer des lignes aux influences lointaines, parfois même exhumées par ces inlassables fouineurs, ramenant au premier
plan les réminiscences enfouies de l’auditoire, rappelant moultes images propres à chacun, selon son bagage, son vécu.
« Le duo produit un prototype inédit et gorgé de musiques rares de pop punk électronique qui n’a jamais peur d’être emphatique mais qui ne sonne jamais grandiloquente, hyper forte dans sa forme de boucles crissantes et de samples de musiques orientales malignement écharpés. »

Artwork : A. LOBANOV – 1923-2003

PRESSE

Libération
The Drone : « Le Future du rock français. Ni plus ni moins. » O. Lamm
Mowno : « Réjouissante, surprenante, impressionnante, la musique d’Heimat repose sur une identité définitivement trouble, un beau brouillard confectionné à quatre mains et dans lequel il est recommandé de se perdre » F. Genda rme
Modzik : « Un exaltant OVNI » Lou Cheyenne
Dangerous Mind : « Better than anything I heard last year » O. Hall
The Quietus : « ‘Wieder Ja!’, ‘Pompei’ and ‘Afrikastan’ are strange monuments I could stare at all day. » D. McKenna